Archive pour le 9 septembre, 2007

Assemblage d’un ordinateur

http://fr.youtube.com/watch?v=v3CbWPWasRw

Publié dans:informatique |on 9 septembre, 2007 |Pas de commentaires »

Démarrage d’un PC sous Linux

Un PC sous Linux donc, comment ça démarre…

De manière sommaire mais je l’espère compréhensible, je vais tenter de vous l’expliquer…

Quand vous allumez ou réamorcez (reset) votre PC le BIOS (Basic Input/Output System » ou « Système d’entrées/sorties basique ») entre automatiquement en oeuvre.

Le BIOS est un petit logiciel inscrit sur une mémoire morte non modifiable (de manière traditionnelle) qui dés qu’il est activé effectue un certain nombre d’opérations d’inventaire du matériel configuré et de vérifications sur celui-ci (tests mémoire vive et cash, CPU, …). Si le BIOS ne découvre pas d’erreur majeure, il lance le lecteur de boot.

Le lecteur de boot accède séquentiellement aux périphériques repérés comme bootables (suceptibles de contenir des informations permettant le boot) jusqu’à ce qu’il en trouve un contenant les informations attendues (vous pouvez changer l’ordre des périphériques de boot au démarrage de votre machine en intervenant sur le Setup). Le lecteur de boot trouve donc (sur un disque dur au moins) un MBR (Master Boot Record).

Le MBR est un fichier qui contient un petit programme qui lui va lancer un Boot Loader. Sous Linux, deux principaux Boot Loader existent : LILO et GRUB.

Dans le cadre de l’usage de LILO, une partie du programme LILO (/sbin/lilo), paramètré par le fichier de configuration (/etc/lilo.conf) est écrit dans le MBR. Il va afficher une interface laissant à l’utilisateur le choix de l’OS ou du noyau Linux à lancer. Si cet OS est GNU/Linux, LILO va monter le noyau en mémoire et lui donner la main.

Voilà, le noyau (Kernel) se décompresse, fait différentes initialisations matérielles puis monte, en lecture seule, la racine / (aussi appelée root) pour lancer initd.

« Initd » est le père de tout les processus dans un système Linux. Il va lancer, suivant le niveau d’init, tout les programmes ou scripts qui sont placés dans /etc/rc.d ce qui correspondent au niveau d’init. Ils vont monter cette fois toutes les partitions décrites dans /etc/fstab avec les droits en lecture/écriture qui y sont définis.

Enfin, votre système est démarré. Vous pourriez vous en servir à l’aide d’une console en mode ligne de commande, mais pour vous faciliter la tâche, il va lancer votre interface graphique… Mais c’est une autre histoire…

Pourquoi cette complexité ?

En fait la complexité n’est qu’apparente , chaque programme (qui parfois ne fait que quelques lignes) assure un certain nombre de tâches indispensables, « attendues » et cela en prenant en compte les possibilités de la machine à un instant « t ».

Par exemple, tant qu’un système de fichiers, ses routines et méthodes d’accès n’est pas attaché au système, celui-ci ne pourra accéder à l’information que physiquement (adresses physiques sur disque par exemple), l’accès logique ne sera possible qu’à l’instant (t+n) quand le système de fichiers sera opérationnel.

Donc :

Le BIOS, ne sait que réaliser l’inventaire et les tests des matériels. Lorsqu’il passe la main au MBR il est sur que le matériel est sain. Il passe alors la main au premier boot loader trouvé (parmi les différentes possibilités disquette, CD, port USB, disque dur…). La couche physique est passée, on attaque la couche logique.

Le MBR charge l’exécutif de LILO (dans notre cas) paramètré par son fichier de configuration logique. A ce moment le choix du système d’exploitation est fait (par défaut ou éventuellement par intervention de l’opérateur, vous), l’adresse de l’image de son boot est connue. Si cette image est présente il n’y a plus qu’à charger le système d’exploitation choisi en mémoire (Windows, Kernel 1, Kernel 2…). Pas de panique !

Pour monter le système d’exploitation, il faut que Linux (dans notre cas) commence par charger en mémoire un système de fichiers qui lui permet de complémenter son initialisation et d’accéder définitivement à l’ensemble des ressources de la machine. Avant de passer la main aux programmes utilisateur (dont l’interface graphique par exemple), le noyau supprimera ce système de fichiers temporaires qui réside en mémoire.

Voilà et de manière sommaire, la dynamique du Boot …

article pris de framasoft

Publié dans:informatique |on 9 septembre, 2007 |Pas de commentaires »

siyana |
Gestion Station bonetto |
informatique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | comment debuter son marketi...
| service générale - خ&...
| nassim2008